La stimulation interférentielle (IFC)

La stimulation interférentielle se démarque de la stimulation neuromusculaire conventionnelle (NMS) et de la neurostimulation électrique transcutanée (TENS). Les stimulations TENS et NMS utilisent des impulsions électriques discrètes transmises à basses fréquences, 2-200 impulsions par seconde, qui fournissent la plupart de la stimulation à la surface de la peau directement sous l’électrode.

La stimulation interférentielle dépend de l’interaction ou de l’interférence de deux sorties électriques à moyenne fréquence dont les deux fréquences sont légèrement différentes. En d’autres termes, le courant qui serait produit par un canal interagit avec (interfère avec) le courant produit par le deuxième canal et produit un mouvement ionique net différent de celui qui est produit par un seul des deux canaux. Le courant qui en résulte (désigné courant d’interférence) a une fréquence égale à la différence de fréquence des deux canaux. Les fréquences de stimulation interférentielle sont nettement supérieures à celles qui sont utilisées dans les TENS et NMS ; l’impédance du tissu est réduite et les courants sont induits dans un niveau de tissu plus profond.

La stimulation interférentielle est particulièrement utilisé dans le traitement de la douleur.

Le NeuroTrac™ IFC Rehab utilise une fréquence porteuse fixe de 4000 Hz et une  fréquence préréglée ou ajustable dans la plage : 4001 – 4150 Hz.

Lorsque les deux fréquences se mélangent à l’intérieur du tissu, elles interfèrent entre elles, produisant ainsi une fréquence d’interférence.