L’électrostimulation pour rééduquer le périnée : une aide précieuse

Lutter contre l'incontinence féminine

La rééducation périnéale est importante pour maintenir en bon état de fonctionnement le périnée qui soutient la vessie, le vagin et le rectum. Beaucoup trop de femmes en négligent cette rééducation, notamment après un accouchement. Cela peut donc entraîner une baisse de tonicité du périnée qui ne travaillera plus correctement. C’est ainsi que survient, la plupart du temps, l’incontinence.

Alors que les fuites urinaires peuvent « gâcher » la vie des femmes, ces dernières, malgré tout, n’en parlent pas à leur médecin. Pourtant des traitements, comme l’électrostimulation périnéale, sont efficaces. Ils offrent un confort et soutien précieux aux femmes. Avant de déterminer ce qu’il en est de cette rééducation, il est important de savoir qu’il existe deux types d’incontinence : celle que l’on appelle « incontinence d’effort » qui se ressent lorsque la femme tousse, éternue ou autres, et l’incontinence par impérosité. Peu importe celle qui touche la femme, il faut consulter un médecin qui, en la détectant, pourra adapter son traitement, notamment des séances chez un kinésithérapeute ou chez une sage femme. A cet instant, elle pourra bénéficier de rééducation périnéale par électrostimulation.

Il est donc important de prendre soin de soi après un accouchement ou la ménopause. C’est à ce moment précis que le périnée fournit le plus grand effort, et tend, par la suite, à ne plus posséder la même tonicité qu’auparavant.

Qu’est ce que l’électrostimulation périnéale ?

L’électrostimulation est une technique qui rééduque le périnée en envoyant des courants électriques. Ceux-ci stimulent la contraction musculaire, sachant que ce sont les nerfs, qui commandent le périnée, qui reçoivent la « décharge électrique ».

Aucun médicament n’est donné durant la séance, ce sont simplement les voies naturelles, et les réflexes mictionnels qui sont concernés. En recevant le stimulus électrique, les nerfs contractent les muscles. Cela dit, si les nerfs ont été trop endommagés lors d’un accouchement ou une intervention chirurgicale, ce sont les muscles élévateurs de l’anus qui prennent le relais. Ainsi, le sphincter de l’urètre et de l’anus, respectivement celui qui retient l’urine, et les gaz, sont à nouveau « remis correctement en état de fonctionnement », et l’incontinence n’arrive pas.

Pour que l’efficacité de cette technique soit maximale, il est vivement recommandé de consulter un médecin ou gynécologue qui évaluera le degré de l’incontinence, et saura donner les consignes bien précises au kinésithérapeute qui vous prendra en charge.