Structure du muscle strié squelettique

Après vous avoir proposé un article dédié à la physiologie des muscles, nous vous proposons de découvrir un article vous expliquant la structure du muscle strié squelettique.

L’ultrastructure du muscle strié squelettique est observée grâce au microscope électronique et aux techniques histochimiques de coloration. On observe une alternance de bandes transversales claires et sombres, d’où le nom de muscle strié.

Les myofilaments de myosine sont épais, situés en position centrale et uniquement formés de molécules de myosine, divisées en deux parties, la queue et la tête. Les myofilaments d’actine sont fins, situés en position de “touche”.

Dans la fibre musculaire, les filaments d’actine et de myosine sont rigoureusement organisés de telle sorte que chaque filament de myosine est entouré de six filaments d’actine.

Le myofibrille. Les bandes sombres s’appellent les bandes A. Elles sont constituées de l’interpénétration de myofilaments de myosine et d’actine. Les bandes claires s’appellent les bandes I. Elles correspondent à des myofilaments d’actine. En leur centre se trouve la ligne Z, qui correspond à la jonction de deux myofilaments d’actine.

Le sarcomère se trouve entre la jonction de deux myofilaments d’actine.

C’est l’unité fonctionnelle de la contraction.

La contraction musculaire correspond au glissement des filaments fins d’actine entre les filaments épais de myosine. Ce glissement aboutit à une diminution de la longueur de chaque sarcomère sans que les filaments fins ou épais ne changent eux-mêmes de longueur.

Au cours de la contraction, les lignes Z sont tirées au centre du sarcomère. Les bandes I, claires, changent de dimension et se raccourcissent. Les bandes A, sombres, ne changent pas de dimension.

Capture d’écran 2013-01-15 à 16.51.58

Capture d’écran 2013-01-15 à 16.52.56